Canon EOS R6 Mark II boitier nu ( précommande )
Review: 5 - "A masterpiece of literature" by , written on May 4, 2006
I really enjoyed this book. It captures the essential challenge people face as they try make sense of their lives and grow to adulthood.

Canon EOS R6 Mark II boitier nu ( précommande )

Disponible: En stock
1,899,000

Photos, vidéos, scènes d'action ou portraits : l'association des performances et de la qualité d'image de l'EOS R6 Mark II permet à votre créativité de s'épanouir

Si les promesses de 40 i/s en obturateur mécanique sont belles, elles sont plus limitées dans le temps que par le passé, puisque Canon n’a pas ajouté de mémoire tampon. Comptez 190 images en Jpeg, 140 en CRaw et 75 en RAW classique avant de subir un (gros) ralentissement. La rafale en obturateur mécanique ne change pas : toujours 12 i/s avec un buffer de 1000 images en RAW et 110 images RAW. Notez que la rafale dispose toujours d’un mode de préenregistrement, qui permet de récupérer la demi-seconde avant le déclenchement.

Côté imagerie et traitement électronique, Canon note une plage de sensibilité de 100 à 102.400 ISO (ext. 50-204.000). Et une stabilisation combinée jusqu’à 8 vitesses en couplant les 5 vitesses de la stabilisation capteur aux 3 vitesses supplémentaires qu’apportent certaines optiques.

Mis à part le déplacement de deux petites commandes (commutateurs photo/vidéo et On/Lock/Off), le châssis de cet EOS R6 Mark II est similaire à celui de son aïeul. Ce qui n’est pas une mauvaise chose, l’EOS R6 premier du nom étant bien fichu et solide, tout en alliage de magnésium et garni de joints d’étanchéité. Les utilisateurs de la première version devraient apprécier ne pas avoir à trop reprendre leurs marques.

Au cœur de l’appareil, on retrouve toujours le même processeur Digic X qui étaient déjà en service dans les EOS R6, EOS R5 mais aussi R3 et les R7 et R10. Canon a bien calibré sa puce pendant le développement, et la fait vivre dans plusieurs itérations de boîtiers, ce qui est sans doute une bonne équation financière. Mais cela se ressent dans certains domaines comme on va le voir.

Photos, vidéos, scènes d'action ou portraits : l'association des performances et de la qualité d'image de l'EOS R6 Mark II permet à votre créativité de s'épanouir

Si les promesses de 40 i/s en obturateur mécanique sont belles, elles sont plus limitées dans le temps que par le passé, puisque Canon n’a pas ajouté de mémoire tampon. Comptez 190 images en Jpeg, 140 en CRaw et 75 en RAW classique avant de subir un (gros) ralentissement. La rafale en obturateur mécanique ne change pas : toujours 12 i/s avec un buffer de 1000 images en RAW et 110 images RAW. Notez que la rafale dispose toujours d’un mode de préenregistrement, qui permet de récupérer la demi-seconde avant le déclenchement.

Côté imagerie et traitement électronique, Canon note une plage de sensibilité de 100 à 102.400 ISO (ext. 50-204.000). Et une stabilisation combinée jusqu’à 8 vitesses en couplant les 5 vitesses de la stabilisation capteur aux 3 vitesses supplémentaires qu’apportent certaines optiques.

Mis à part le déplacement de deux petites commandes (commutateurs photo/vidéo et On/Lock/Off), le châssis de cet EOS R6 Mark II est similaire à celui de son aïeul. Ce qui n’est pas une mauvaise chose, l’EOS R6 premier du nom étant bien fichu et solide, tout en alliage de magnésium et garni de joints d’étanchéité. Les utilisateurs de la première version devraient apprécier ne pas avoir à trop reprendre leurs marques.

Au cœur de l’appareil, on retrouve toujours le même processeur Digic X qui étaient déjà en service dans les EOS R6, EOS R5 mais aussi R3 et les R7 et R10. Canon a bien calibré sa puce pendant le développement, et la fait vivre dans plusieurs itérations de boîtiers, ce qui est sans doute une bonne équation financière. Mais cela se ressent dans certains domaines comme on va le voir.

  • 99% Retour
    Clients
  • 365 jours
    de Garantie
  • Système de payement
    Sécurisé
  • Uniquement les
    Meilleures Marques